Peut-on vraiment apprendre en regardant une vidéo ?

Published by Benjamin Parmentier on

Peut-on vraiment apprendre en regardant une vidéo ?

En tant que pédagogue et formateur ayant passé une bonne partie de ma vie à lutter contre l’omniprésence inefficace du cours magistral et de sa version moderne le PowerPoint, j’aurais bien sûr envie de répondre « non » : trop à sens unique, trop peu de répétition, trop de passivité chez l’apprenant.

Et pourtant « l’humanité », elle, n’est pas vraiment d’accord avec moi : aujourd’hui, on estime à 100 millions (100 000 000 !) le nombre de vidéos YouTube à caractère éducatif ! [1] Et 70% les utilisateurs de YouTube l’utilisent pour « apprendre à faire quelque chose de nouveau ou comprendre un nouveau sujet ». On est loin des vidéos de chat. Les utilisateurs YouTube c’est 1,9 milliard d’humains…

Source: Pew Research Center

OK, « tout le monde » utilise les vidéos pour apprendre. Mais ça ne nous dit pas si ça marche.

En réalité, je dois moi-même énormément aux vidéos éducatives et notamment, comme beaucoup à l’émission « c’est pas sorcier ». Jeune adulte, complexé de mon échec scolaire, je me suis mis à regarder cette émission en boucle. Elle tournait en arrière-plan sur mon ordinateur au moins 2 à 3 heures par jour. Et c’est sans aucun doute ce qui m’a ouvert les portes des livres et MOOC plus « sérieux » essentiels à ma connaissance et mon travail d’aujourd’hui.

 

Aujourd’hui encore je suis un gros consommateur de chaines YouTube « éducatives » et de documentaires divers.

Alors est-ce que j’apprends vraiment quand je regarde toutes ces vidéos ?

 

Reprenons depuis le début.

Vouloir apprendre c’est avoir un objectif pédagogique, une destination.
Je discerne trois types d’objectifs pédagogiques principaux pour une vidéo. Si le sujet des objectifs pédagogiques vous intéresse, nous vous invitons à lire cet article. [3]

Découvrir : mon objectif est de découvrir la connaissance ou la compétence en quelques minutes, d’en identifier les éléments importants, être capable d’en parler un peu, de suivre une conversation. Me faire une idée, c’est la culture générale, l’information.

Comprendre : je veux vraiment comprendre, sans être un forcement expert je veux intégrer la machinerie, les enjeux, la vision globale comme les petits détails qui changent tout. Être capable de me faire mon idée, voir la partie immergée de l’iceberg, derrière les phrases chocs.

Faire : je veux être capable de réaliser concrètement quelque chose. D’être guidé dans ma pratique, c’est le tutoriel. Et puis m’approcher de la capacité de faire vraiment en autonomie (ou le fantasme de cette capacité, on y reviendra).

Prenons donc ces objectifs un par un.

 
Découvrir

Une bonne ressource pédagogique de découverte doit avoir trois grandes qualités :

– Être claire : facile à entendre, suivre et comprendre

– Être motivante : donner envie, être fun pour intéresser tout de suite et ne pas s’ennuyer

– Être vraie : représentatif de ce qu’est vraiment cette compétence/connaissance même si on ne rentre évidemment pas dans les détails et que toute synthèse est une trahison.

Est-ce qu’une vidéo peut faire tout ça ?

Oui clairement, sans problème et avec force. C’est exactement ce que fait un bon documentaire ou un bon youtubeur. Donc, si votre objectif est la découverte, l’information, la culture générale n’hésitez pas, mangez de la vidéo éducative !

 
Comprendre

Une ressource pédagogique permettant l’atteinte d’un objectif de niveau « compréhension » doit aussi avoir les 3 qualités mentionnées plus haut. Claire, motivante et vraie. Mais elle doit aussi avoir une 4e grande qualité essentielle.

Elle doit répéter !

Une vraie compréhension implique une mémorisation en profondeur, c’est-à-dire la construction par notre cerveau de réseaux de neurones nouveaux, consolidés, décrivant la nouvelle compétence. Et ça ne se fait ni en une fois ni en un coup. Cela implique que la ressource pédagogique répète les concepts clefs, plusieurs fois, et revienne dessus en de nombreuses occasions.
Oui, là les choses se corsent pour la vidéo. D’autant plus que cette répétition peut vite rendre complexe une autre de nos qualités nécessaires mentionnée plus haut : la motivation. Comment rester intéressante quand on répète les mêmes choses sans arrêt ?

En présentiel, un formateur peut demander des retours, faire un travail en groupe, proposer des mises en situation en plus de son cours magistral.
Un MOOC peut avoir des quiz, une synthèse écrite, voir même des jeux interactifs en plus des vidéos de cours.

Mais que peut faire une vidéo seule ?

Elle peut introduire, conclure, synthétiser, proposer des réflexions personnelles, essayer de poser une question et de laisser le spectateur y réfléchir avant de donner la réponse, insister avec des incrustations de texte, des schémas. Répéter un message par une interview ou un témoignage ou encore, est c’est surement le mieux, exister sous forme de petit format sortant toutes les semaines… C’est donc possible, mais clairement tout cela n’est pas simple à mettre en place et peu le font.

Bref, et malgré toutes ces qualités, la vidéo a ici les mêmes limites qu’un cours en amphi seul : inefficacité terrible, car doublé d’une illusion d’efficacité. [4]

Donc une vidéo peut vous aider à comprendre, mais elle le fera beaucoup mieux si elle fait partie d’un tout avec d’autres ressources pédagogiques.

 
Faire

Attention terrain glissant, car nous entrons ici dans le domaine des tutos.

Il y a quelques mois, j’ai remplacé l’écran de mon ordinateur portable , en suivant un tuto sur YouTube. Le tuto était bien fait, j’ai réussi et je ressentis beaucoup de fierté. Pourtant est-ce que je « sais faire » ? Est-ce que je peux maintenant changer un écran d’ordinateur portable ?
Non, évidemment. Suivre un GPS, ce n’est pas maîtriser le chemin.  Mais c’est un début.
Si je le faisais encore 2-3 fois, sur un ordinateur différent, surement deviendrais-je capable.

Notez que je dis bien : si je le faisais ! la vidéo pour apprendre à faire est efficace, n’a de sens, que si vous faites vraiment ! Ça parait évident, mais pourtant, dans la pratique ça n’est pas toujours le cas. On regarde passivement un « tuto », et on se dit que c’est bon, on «  a compris », illusion totale.

Donc oui une vidéo peut vous apprendre à faire. Mais si elle respecte deux règles :
Répétition et faire pour de vrai ! Bien sûr elle doit aussi être claire et vraie.

 
 
Conclusion

Donc si je synthétise :

  • Une vidéo permet de DÉCOUVRIR si elle est Claire, Motivante et Vraie
  • Une vidéo peut aider à COMPRENDRE si elle est claire, motivante, vraie et répète ses messages clefs.
  • Une vidéo permet de FAIRE si on fait, vraiment, et plusieurs fois, tout en la regardant.

Donc, oui la vidéo permet d’apprendre, si elle est utilisée de la bonne manière, pour les bons objectifs.

Bien sûr, c’est aussi un très bon outil à coupler avec d’autres outils qui pallient à ses faiblesses, mais ça, c’est une autre histoire.

 

 

Notes et sources :

[1] https://www.businessofapps.com/data/youtube-statistics/

[2] Étude google ipsos connect mai 2017

[3] Si le sujet des objectifs pédagogiques vous intéresse : https://www.linkedin.com/pulse/lobjectif-p%C3%A9dagogique-et-la-taxonomie-de-bloom-benjamin-parmentier/

[4]Si vous voulez en savoir plus sur les méthodes affirmatives et leurs pièges : https://www.linkedin.com/pulse/formation-les-5m-de-la-p%C3%A9dagogie-benjamin-parmentier/